TERMES TECHNIQUES

Explication compréhensible de l’humidification de l'air et du traitement de l'eau.

Atomisation

Mélange de particules fines, flottant dans l’eau, à l’état solide ou liquide passant à l’état gazeux. Les buses haute pression FINESTFOG pulvérisent l’eau en gouttelettes ultrafines qui se mélangent à l’air en dehors de la buse.

Buse à deux substances

Les buses qui pulvérisent de l’eau au moyen d'air comprimé sont appelées buses à deux substances dans le domaine de l’humidification de l'air. La puissance des buses à deux substances est régulée par la pression d’eau et l'alimentation en air comprimé. Étant donné que la génération d'air comprimé nécessite beaucoup d’énergie en comparaison, on utilise désormais beaucoup plus de buses mono-fluides qu’à deux substances. Le bruit de fonctionnement est aussi beaucoup plus fort avec les buses à deux fluides. FINESTFOG propose des buses à deux fluides. Vous pouvez à tout moment demander les documents et les prix correspondants.

Buse monofluide

Type de buse à travers duquel seul un fluide (liquide/gaz) s’écoule. Dans le cas d’un système d’humidification de l'air haute pression FINESTFOG : de l’eau. Seule de l’eau est pulvérisée par l’énergie cinétique. En revanche, les buses à deux fluides nécessitent un deuxième fluide en tant que fournisseur d’énergie : de l’air comprimé.

Diagramme h-x

En 1923, le diagramme de Mollier h-x (anciennement diagramme i-x) a été nommé d'après Richard Mollier. Il permet de déterminer les changements d'état de l'air humide, notamment à la suite de l’humidification, de la déshumidification, du chauffage et du refroidissement. Un calcul sérieux de la capacité requise d'humidification repose toujours sur le diagramme h-x. Pour ce faire, au moins deux valeurs doivent être connues : la température et l’humidité relative souhaitée.

FINESTFOG propose sur demande le diagramme h-x au format PDF.

Eau de mouillage

Les imprimantes nécessitent de l’« eau de mouillage » sur les cylindres imprimeurs. Cette eau doit être de qualité uniforme. Un aspect important est la dureté de l’eau. Elle doit se situer entre 8 et 10 °dH. Les installations d'osmose inverse produisent tout d'abord de l’eau pure, encore trop agressive pour les cylindres imprimeurs. Par conséquent, FINESTFOG ajoute de l’agent de minéralisation au moyen d'un doseur. Le résultat : une qualité d’eau élevée et sans variations.

Eau douce

Qualité de l'eau après élimination des ions de calcium et de magnésium. Les installations d'adoucissement FINESTFOG prélèvent de l’eau les agents de dureté au magnésium et au calcium. Selon le même rapport, des ions de sodium (sel de sodium) sont ajoutés à l'eau à la place = échange d'ions. L’eau est ainsi « douce ». De nombreux utilisateurs confondent eau douce et eau déminéralisée. Un adoucissement remplace, mais ne réduit pas les sels. L’eau douce convient par conséquent uniquement sous conditions à l’humidification de l'air.

Eau pure

Eau nettoyée en tant que produit de traitement de l'eau. L’eau filtrée par une installation d'osmose inverse FINESTFOG est pratiquement exempte de sels et de bactéries (env. 97–99 % du sel sont éliminés en règle générale). L’eau pure ne doit pas être confondue avec l’eau distillée (déminéralisée).

Humidité absolue de l'air

L'humidité absolue désigne la quantité réelle de vapeur d'eau contenant un certain volume d'air (en règle générale, 1 m3). Elle est habituellement mesurée en grammes par m3 d'air (g/m3). Si la température est connue, l'humidité relative (HR) peut être déterminée à partir de ces deux valeurs. Pour calculer la puissance d'humidification requise, la base est toujours l'humidité absolue. La différence entre leur valeur réelle et la valeur de consigne plus le changement de densité doit être ajoutée à l'air afin d'atteindre le taux d'humidité de l'air souhaité.

Humidité d'équilibre

L'humidité d'équilibre fait référence à la teneur en eau qui résulte en un matériau hygroscopique (par exemple, papier, bois, coton) après un stockage prolongé dans une pièce à humidité relative et à température constantes. Si la teneur en humidité du matériau et de l'air est équilibrée, on parle de teneur en eau d'équilibre ou d'humidité d'équilibre. Des problèmes surviennent lorsque l'air est trop sec en permanence. L'humidité est alors prélevée du matériau. L’air tente de rétablir l’équilibre, ce qui peut entraîner un rétrécissement, une perte de poids ou la formation de fissures. L’humidification de l'air est utile à cet effet puisqu’elle augmente l’humidité de l'air dans la pièce. Le matériau porte à présent l'humidité jusqu’au point de restauration de l'équilibre.

Humidité relative de l'air

L'humidité relative de l'air constitue la mesure actuelle d'humidité de l’air. Habituellement abrégée en % HR, pour une température donnée (par exemple 20 °C), elle indique le rapport entre la teneur actuelle en vapeur d’eau et la teneur maximale possible en vapeur d’eau. La teneur en vapeur d'eau maximale possible est toujours de 100 % d'humidité relative. Cette condition est aussi appelée point de rosée. À ce stade, l’air ne peut plus absorber de vapeur d'eau. La vapeur d'eau supplémentaire se condense. Dans les installations d'humidification de l’air, des capteurs d'humidité mesurent l’humidité relative de l'air pour obtenir l’humidité de l’air souhaitée.

Hygroscopique

Le terme hygroscopique désigne les substances qui lient l'humidité ambiante (principalement sous la forme de vapeur d’eau issue de l'humidité de l'air). Les matériaux hygroscopiques ont tendance à créer un équilibre entre leur propre humidité et l’humidité environnante. Cette propriété peut être exploitée afin d’éliminer un peu d'humidité des récipients (par exemple au stockage des médicaments). Cependant, le changement de matériau rend difficile le traitement de matériaux hygroscopiques dans l'industrie, par exemple dans l'industrie du traitement du papier, les imprimeries, l'industrie du bois ou l'industrie textile. Dans ce secteur, l’humidification de l'air contrôlée est intéressante au niveau économique.

Installation d'adoucissement

Les installations d'adoucissement génèrent de l’eau « douce » à partir d’eau « dure ». Cette eau ne doit pas être confondue avec de l’eau distillée ou de l’eau pure. Dans les installations d'adoucissement de FINESTFOG, l’eau du robinet s’écoule à travers une colonne avec résine d'échange de cations. Les ions de calcium (Ca2+) et de magnésium (Mg2+) sont échangés contre une quantité équivalente d’ions de sodium (Na+). L’eau adoucie contient à présent davantage de sel de sodium, mais quasiment plus d’ions de calcium et de magnésium. La résine d’échange d’ions épuisée est régénérée au moyen d'une solution solution de chlorure de sodium (sel de cuisine) à 8–12 %. Chaque installation d'adoucissement comporte par conséquent un réservoir de sel rempli de tablettes de sel de cuisine.

Dans le cas d’installations d'adoucissement à deux colonnes de résine, on parle d’installations pendulaires. L’avantage de ces installations utilisées par FINESTFOG est qu’elles permettent de mettre de l’eau douce à disposition en permanence. Les installations à une seule de colonne de résine ne produisent pas d’eau douce pendant la régénération : , elles se régénèrent avec le temps ; d’où une consommation supérieure de sel et d’eau.

Les installations d'adoucissement ne réduisent pas la teneur totale en sel de l’eau et ne conviennent par conséquent généralement à l’humidification de l'air. En revanche, les installations d'adoucissement servent au prétraitement de l’eau du robinet avant que celle-ci ne rejoigne une installation d'osmose inverse.

Membrane à enroulement

Membrane dont la surface particulièrement vaste est obtenue par un enroulement ajusté. Les installations d'osmose inverse de FINESTFOG utilisent des membranes à enroulement haut de gamme en polymères. Ils sont semi-perméables et séparent la molécule d'eau des solides (principalement des sels et des impuretés). Les membranes à enroulement peuvent ainsi éliminer 97–99 % des et autres impuretés présentes dans l’eau. L’osmose inverse permet d’exclure les particules > 0,0001 µm. Les membranes à enroulement sont dites particulièrement durables.

Microsiemens

Unité de mesure de la conductance électrique. La qualité de l’eau pure est définie le plus simplement sur la base de sa conductance électrique : plus la teneur en sel présente dans l’eau est faible, plus la conductance est réduite. L’unité utilisée est le microsiemens (µS). Les installations d'osmose inverse FINESTFOG sont dotées de capteurs de conductance qui déclenchent une alarme préalable ou une alarme dès que la conductance de l’eau pure est trop élevée.

Osmose inverse

Osmose : Écoulement à travers une couche de séparation semi-perméable pour compenser spontanément les différences de concentration. Osmose inverse : Procédé entraînant une inversion du sens d’écoulement de la compensation naturelle de la concentration avec une pression.

Les installations d'osmose inverse FINESTFOG produisent jusqu’à 98 % d’eau très pure déminéralisée au moyen de membranes semi-perméables : Le fluide (eau) dans lequel la concentration d'une certaine substance (sel) doit être réduite est séparé par la membrane du fluide (eau) dans lequel la concentration (sel) doit être augmentée. Au moyen d’une pompe, cette eau est exposée à une pression qui doit être supérieure à la pression générée par la demande osmotique visant à équilibrer la concentration (dans le cas d’une eau du robinet, inférieure à 2 bar). Ainsi, la molécule d’eau pure se déplace (se diffuse) à travers la membrane, tandis que les impuretés (sels, mais aussi bactéries, etc.) sont retenues. Le « concentré » généré avec les impuretés est évacué et l'eau pure est acheminée jusqu'au consommateur.

Perméat

Part fluide qui s’écoule à travers un filtre (imprégné). Les matières retenues par filtration forment le rétentat/concentré. Lors du traitement de l'eau, l’eau pure est également désignée par le terme de perméat après la membrane. Là, le terme désigne l’eau pure et quasiment dessalé.

Point de rosée

Le point de rosée (également appelé température du point de rosée) désigne la température à laquelle l’air présentant une certaine teneur en vapeur d'eau ne peut plus absorber d'eau. Si la température est inférieure à celle du point de rosée, il se forme un condensé (formation de gouttes). Dans les pièces à humidité relative élevée, le point de rosée peut ne pas être atteint en particulier sur les surfaces froides. De la condensation par exemple sur les fenêtres en est la conséquence visible.

Refroidissement adiabatique

La pulvérisation d’eau par des buses haute pression fait passer l’eau de l’état liquide à gazeux. Ce changement d’état a besoin d’énergie qui est prélevée dans l'air ambiant : l’air refroidit.

Stérilisation par UV

Utilisation d'un rayonnement ultraviolet avec effet désinfectant. Le rayonnement ultraviolet est électromagnétique et invisible pour l’homme. La longueur d'ondes est plus courte que celle de la lumière visible par l'homme. Le rayonnement ultraviolet est utilisé pour traiter l’eau, l'air et les surfaces. Les microbes et bactéries sont désactivées en cas de dose suffisante en quelques fractions de seconde (tuées). Aucune résistance à la désinfection par UV liée à la mutation n’est connue. Autre avantage : Par principe, il n’est pas nécessaire d’ajouter des produits chimiques.

La stérilisation par UV figure sur chaque installation d'humidification de l’air de FINESTFOG. Des lampes UV basse pression sont utilisées ici. La puissance et la taille des émetteurs sont conçues en fonction de la puissance maximale d’humidification de l’installation. Après env. 1 an, les émetteurs UV perdent en puissance et doivent alors être remplacés.

UFC

UFC est l’abréviation de « unité formant colonie» (KBE Koloniebildende Einheit, en allemand ) et désigne une taille permettant de quantifier les micro-organismes. Pour procéder à une analyse microbiologique de l'eau, les échantillons d'eau sont répartis sur des gels de milieu de culture appropriés. Après un certain temps, les cellules vivantes peuvent être décomptées en unités pour obtenir le nombre de micro-organismes. Selon la directive Eau potable, le nombre de colonies à des températures de 22 °C et 36 °C ne doit pas dépasser une valeur de 100/1 ml d'eau.